Actualités & Publications

Actualité Corporate - 29/11/2012

Dix ans, ça se fête

Le 22 novembre dernier, Vigeo a célébré sa première décennie d’existence lors d’une soirée organisée dans le cadre à la fois prestigieux et chaleureux des locaux parisiens de BPCE (son actionnaire à 35%) et avec le concours de la CFDT de la Caisse des dépôts et consignations.

Logo Vigeo - 10 ans - choix - 170912

La soirée commença par une réunion de famille. Pour la première fois les équipes de Vigeo étaient réunies au grand complet, avec une centaine de collaborateurs venus des bureaux de Paris, bien sûr, mais aussi de Bruxelles, Milan, Londres, Casablanca et Tokyo. L’occasion de se rencontrer, de mettre des visages sur des noms ou de resserrer des liens déjà existants. L’occasion, aussi, de rivaliser de créativité artistique lorsque la célébration se mua en un véritable festival international du court-métrage, avec projection de films réalisé par les bureaux de Bruxelles, Casablanca, Milan et Paris, et remise de prix. Des prix récompensant les plus anciens collaborateurs de Vigeo furent également décernés.

De nombreux invités arrivèrent ensuite, formant un parterre prestigieux mêlant personnalités politiques, représentants du monde syndical et dirigeants ou éminents représentants du monde de l’entreprise ou de la banque Après une allocution de bienvenue d’Anne Mercier-Gallay, directrice des ressources humaines de BPCE, Nicole Notat accueillit les invités et retraça les grandes lignes de l’aventure de Vigeo en faveur de la responsabilité sociale et environnementale (RSE) et de l’investissement socialement responsable (ISR), tout en s’engageant à maintenir le cap pour les années à venir. La scène s’ouvrit alors aux intervenants extérieurs, sous la direction de Vincent Giret, directeur délégué de la rédaction du quotidien Libération.

Dans une célébration décidément placée sous le signe de la remise de trophées, L’Oréal (pour la France) et British Télécom (pour l’Europe, le Royaume-Uni et le monde) se virent décerner le prix des entreprises les plus avancées en matière de RSE. Ces récompenses, remises sur scène à Jean-Paul Agon (président-directeur général de L’Oréal) et Corrado Sciolla (président-directeur général de British Telecom France), résultent de l’application de la nouvelle gamme d’indices lancés par Vigeo, à savoir les indices Vigeo World 120 (120 entreprises les plus avancées au niveau mondial), Vigeo Europe 120 (les 120 entreprises européennes les plus avancées), Vigeo France 20 (les 20 entreprises françaises les plus avancées) et Vigeo United Kingdom 20 (les 20 entreprises britanniques les plus avancées).

Puis deux témoignages vinrent rappeler, s’il en était besoin, que la notation extra-financière pouvait se décliner sous tous les cieux et pour tous types d’investisseurs, publics aussi bien que privés : au nom de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Ghalia Sebti (présidente de la fédération des entreprises d’artisanat à la CGEM) dit quelques mots de la réussite du label CGEM pour la RSE ; Jean-Paul Huchon (président de la région Ile-de-France) démontra quant à lui, à partir de l’exemple du grand emprunt obligataire de 350 millions d’euros émis en mars 2012 par la région Ile-de-France, tout l’intérêt que la notation extra-financière pouvait revêtir pour les collectivités publiques.

Ce fut ensuite le temps de la confrontation des points de vue. François Chérèque (secrétaire général de la CFDT) a notamment souhaité que la question de la RSE soit abordée dans les entreprises de façon moins technocratique et placée au cœur de la négociation entre partenaires sociaux ; Laurence Parisot (présidente du Medef) a quant à elle affirmé que le concept de « compétitivité équitable », défendu par le Medef, incluait les notions de RSE et d’ISR dans la mesure où ces dernières constituent un atout pour les entreprises qui s’engagent en leur faveur, tout en plaidant contre la fixation d’un cadre contraignant et pour une uniformisation des règles au niveau européen qui permette d’éviter les risques de dumping ; Paul-Henri de la Porte du Theil (président de l’Association française de la gestion financière), a enfin apporté un éclairage utile sur les techniques de notation extra-financière.

La soirée fut conclue par une allocution de Michel Sapin (Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social), qui rappela la légitimité et la pertinence de la notation sociale et insista sur l’importance de la RSE dans le contexte de la négociation entre les partenaires sociaux.

Car s’il est en définitive une conviction partagée par tous les intervenants, responsables politiques ou syndicaux, dirigeants d’entreprises publiques ou privées, c’est bien, pour reprendre les termes de Nicole Notat, que la RSE et l’ISR ont un « caractère inéluctable » et continueront de faire la preuve de leur « utilité » à l’avenir.

En téléchargement :
icon-download-34x36 Lire le Discours de Nicole Notat
Thèmes : ESG, France